Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 11:32
analyse de texte à votre tour: suite

vous avez certainement relevé les messages subliminaux contenus dans l'interview que le maire avait accordé à La Provence:

 

- il arriverait donc que le Préfet et les Gendarmes laissent tomber des dossiers?, puisque le maire se satisfait que celui-là ne l'a pas été,

 

- surtout que, remettons une couche totalement injustifiée à destination des électeurs les plus vulnérables, il y aurait la priorité de Marseille,

 

il est des façons de féliciter qui jettent plus le discrédit  sur les "félicités" qu'autre chose mais qui en revanche peuvent rapporter aux féliciteurs.

 

dans l'interview il était fait état aussi de la signature de la convention de participation citoyenne: renseignements pris encore ce matin: 3 mois après toujours rien de sorti mais soyons rassurés le maire s'en occupe;  heureusement qu'à mimet il n'y a pas de priorités départementales ou Marseille - ça devrait être rapide!

 

vérif: le coffret du défibrillateur à côté de la mairie est toujours autant "laxistement" et dangereusement vide

         nos très onéreuses toilettes publiques sont toujours inutilisables - en fait on a payé 6 000€/m² (estimation fournie en son temps au conseil municipal) pour les fermer: gag!!

 

SOYONS CLAIRS: les Gendarmes et la Préfecture de Police n'ont eu aucun besoin des élus de mimet pour mener à bien leur mission; en revanche ils sont vraiment sympa avec la mairie en matière d'utilisation de la cocarde tricolore (CF article précédent)

 

Repost 0
Martine Colombani à Mimet
commenter cet article
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 07:20

dans la provence.com d'hier, extrait

..."Personne n'aurait accepté que cela n'aboutisse pas"

Hier, le maire confiait son soulagement : "Je suis satisfait que le préfet de police et les gendarmes n'aient pas laissé tomber ce dossier. Je suis conscient des autres priorités départementales et de Marseille, mais je constate qu'elles n'ont pas affaibli cette enquête. Les habitants de Mimet et moi-même y sommes sensibles. Ici, personne n'aurait accepté que cela n'aboutisse pas."

 

que pensez-vous de cette déclaration? perso j'ai été très choquée

Repost 0
Martine Colombani à Mimet
commenter cet article
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 07:45

vous savez que depuis 14 ans la majorité municipale réfléchit pour faire un site à destination des citoyens, mais que c'est difficile ( bravo les 30 000 communes qui ont réussi)

 

TOUTEFOIS

déjà en 2014 la difficulté avait été surmontée pour la liste candidate "intérêt communal" - site fermé dès après les élections,

 

et rebelote pour la candidature du maire de mimet aux élections départementales: avec vidéo aérienne, interview de proches.....

 

CEPENDANT il n'y a aucune interactivité; ce site est conçu pour vous faire entendre la bonne parole, c'est un outil électoral

 

je vois un truc: quand on veut on peut et face aux dangers de la communication il n'est pas étonnant que mimet soit à la ramasse en matière de communication

Repost 0
Martine Colombani à Mimet
commenter cet article
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 15:36
utilisation de la cocarde tricolore

n'en déplaise à certains (es) en mal de reconnaissance civique?, ou carrément ignorants des us et coutumes de la République?, ou qui facho lo maco?, ou qui espèrent passer au travers de PV?, l'utilisation de la cocarde tricolore est strictement réglementée et ne pas respecter cette réglementation expose à des sanctions pénales.

un fonctionnaire ne saurait l'ignorer ; mais dans le doute voici l'essentiel, contenu dans l'article 50 du décret du 13 septembre 1989:

L'utilisation de cocardes et insignes particuliers aux couleurs nationales sur les véhicules automobiles, aéronefs et vedettes maritimes ou fluviales est interdite, sauf en ce qui concerne :

1° Le Président de la République ;

2° Les membres du Gouvernement ;

3° Les membres du Parlement ;

4° Le président du Conseil constitutionnel ;

5° Le vice-président du Conseil d'Etat ;

6° Le président du Conseil économique, social et environnemental ;

7° Le Défenseur des droits ;

8° Les préfets dans leur département ou dans les collectivités territoriales de Mayotte et de Saint-Pierre-et-Miquelon, les sous-préfets dans leur arrondissement, les représentants de l'Etat dans les territoires d'outre-mer.

Les véhicules des officiers généraux portent, dans les conditions prévues par les règlements militaires :

1° Des plaques aux couleurs nationales avec étoiles ;

2° A l'occasion des cérémonies ou missions officielles, des fanions aux couleurs nationales avec ou sans cravates.

 

si la question a souvent été posée concernant les maires, en revanche ellle ne l'a jamais été pour les véhicules attribués en avantage en nature à leurs collaborateurs (trices)

Repost 0
Martine Colombani à Mimet
commenter cet article
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 15:49
décidément!! ce village doit se figer?

 

 

après avoir supprimé la moitié des places de stationnement,

 

après avoir supprimé la rampe permettant l'accès totalement autonome des personnes à mobilité réduite,

 

après avoir supprimé banc et poubelle,

 

après avoir fermé les toilettes publiques,

 

après avoir supprimé la cabine téléphonique,

 

après avoir laissé fermer le café,

 

après avoir supprimé un tableau d'affichage (de toute manière inutile puisqu'il n'y a plus d'information),

 

la majorité "intérêt communal" a édicter une nouvelle norme : les villageois à quelques occasions, comme la fête des voisins, se retrouvaient pour pique-niquer sur le terrain de boules. Et bien maintenant un panneau d'interdiction de pique-nique est planté : vous voyez bien que quand ils le veulent nos politiques locaux agissent vite.

 

A QUAND L'INTERDICTION D'ATTROUPEMENTS DE PLUS DE 2 PERSONNES ?

 

Il est vrai que le ridicule de cette interdiction devrait en interpeller plus d'un, car :

 

- le terrain de boules a toujours été soigneusement respecté lors de ces petites festivités diurnes, au demeurant fort rares, sans jamais gêner les rares joueurs de boules, aucun déchet n'a été laissé...

 

- et craint dégun dans la mauvaise foi, la mairie fait construire un lieu convivial sur ce terrain !!!!profitons-en pour rappeler qu'aucune boisson alcoolisée ne saura y être servie à l'exception du cidre et de la bière peut-être.

 

plutôt que d'empêcher des citoyens de se retrouver sur des biens publics, la mairie ferait mieux d'empêcher les jeunes de s'y retrouver nuitamment, comme ce fut le cas aux Molières, pour des pratiques moins saines qu'un déjeuner au grand air .

 

 

Repost 0
Martine Colombani à Mimet
commenter cet article
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 07:16

les liens institutionnels qui unissent Mimet à Aix font que l'info relatée par La Provence ne peut nous laisser indifférents:

ci-dessous un extrait de La Provence.com de ce matin, concernant la mairie d'aix: décidément en matière de personnel pas très au point, car, après le chauffeur du maire, puis le fils du chauffeur du maire, voilà maintenant (et pour des sommes importantes pour les contribuables) le mari du maire d'aix, qui fut aussi maire d'aix

après le Conseil d'Etat il n'y a plus de possibilité de recours à l'exception la Cour de Justice Européenne: ça coûterait peut-être trop cher aux contribuables qui ne seraient peut-être pas trop d'accord, pourtant la maire d'Aix a annoncé son intention de la saisir.

 

......Un des avocats de la défense l'avait qualifié de "vétilleux". Dans l'entourage de Maryse Joissains, on a souvent traduit son obstination comme un "complot politique". Hier, quasiment dix ans après le début de la procédure, Lucien-Alexandre Castronovo vient de gagner la dernière manche judiciaire d'un combat qu'il qualifiait, lui, de "volonté stricte de faire appliquer la loi".

Et le Conseil d'État appliqua : la plus haute juridiction administrative a rejeté les pourvois de la Ville d'Aix et donc, par voie de conséquence, annulé le contrat de collaborateur de cabinet d'Alain Joissains. Que son épouse Maryse avait embauché au lendemain de son élection à la mairie d'Aix en 2001.

Depuis dix ans et devant cinq juridictions, au gré des recours des uns et des autres, Lucien-Alexandre Castronovo tente de démontrer la nullité d'un contrat, en raison des conditions de l'embauche et des salaires perçus, jugés bien au-delà des limites fixées par la loi.

Le principe ? L'indice de rémunération d'un directeur de cabinet ne peut dépasser 90 % de l'indice le plus élevé de la hiérarchie des effectifs municipaux. Soit un indice maximal de 951 points. Or, le contrat initial d'Alain Joissains stipulait un recrutement à l'indice 1 232, augmenté en octobre 2001 à 1 279 points. Lucien-Alexandre Castronovo avait donc sorti sa calculette : "Sur sept ans, Alain Joissains a perçu 475 778 € de rémunération alors que celle-ci n'aurait jamais dû excéder 307 972 €. Un dépassement de 167 806 € - soit 35,27 % - sur la période", répète-t-il à l'envi, depuis des années.

"Depuis le début, je suis convaincu d'avoir raison et en dix ans, je n'ai perdu qu'une seule fois devant la cour administrative d'appel pour un vice de forme", se félicitait, hier, l'élu d'opposition (de 2001 à 2008, réélu en 2014 sur la liste PS Baldo). Et maintenant ? "C'est le préfet qui est chargé de faire appliquer la décision et mon avocat va le saisir rapidement. Car le contrat est réputé n'avoir jamais existé, donc les salaires perçus l'ont été sans base légale. Ils doivent donc être restitués en totalité."Dura lex, sed lex...

 

Repost 0
Martine Colombani à Mimet
commenter cet article
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 15:05

il faut avouer que c'est nettement mieux fait que lorsque c'est moi qui le fait.

raison de plus pour s'abonner au Ravi -  c'est notre Canard Enchaîné Provençal -

plus personne n'ignore les difficultés de la presse régionale.

journal satirique, indépendant, mensuel édité par la Tchatche - possibilité de s'abonner en ligne

le compte-rendu du conseil municipal de Mimet  est donc sur:

http://www.leravi.org/spip.php?article1959

 

petit bémol: 14h45: ce n'est pas le budget qui est voté, c'est le débat d'orientation budgétaire (DOB et non daube) qui par ailleurs ne fait pas l'objet d'un vote. Curieux les présentations des points à l'ordre du jour n'ont pas toujours la clarté didactique que l'on pourrait souhaiter dans une démocratie.

grand reporter du Ravi pour cette fois, ça va!

Repost 0
Martine Colombani à Mimet
commenter cet article
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 08:53
ô miracle!!

ce matin en promenant ma chienne vers 7h30, j'ai constaté que ma rue ( voie publique communale, naguère RD8d) avait été déneigée.

depuis plus de 12 ans il fallait  attendre parfois 48h pour qu'il n'y ait plus de risque (ce qui ne me gênait pas perso car je ne travaille pas), mais là dès potron minet!!!! salette!!

que s'est il passé? plus d'élus qui habitent au village? certes mais peu me chaut: je prends et j'apprécie

certes depuis 15 ans il n'y a jamais eu les 30 cm (1979) , 60 cm (novembre 99) et 30 cm (février 2001) qu'ont connu les prédécesseurs de l'équipe actuelle. Mais tout de même 5 cm c'est gênant sur la route et comme j'ai entendu au dernier conseil municipal (confirmé par le pv établi par Le Ravi) que les élus sont décus lorsqu'on ne leur dit pas merci (et oui! on est à mimet- et si on ne les félicite pas, ils se félicitent eux-mêmes: craint dégun), même s'ils ont des indemnités et des avantages en nature que n'avaient pas leurs prédcesseurs, je dis merci d'avoir utilisé l'argent que je vous verse tous les mois, pour faire votre travail et pour lequel sur la base de vos promesses vous avez été élus.

et puis avec tout le matériel du CCFF, et les fortes subventions annuelles que nous lui versons il aurait été cocasse que vous n'arriviez pas à bout de cette pellicule de neige

Repost 0
Martine Colombani à Mimet
commenter cet article
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 15:01

à vous de voir si vous faites ce qu'attend de vous le maître chanteur, qui ce faisant vous prend pour une truffe

Donc élections départementales dans notre belle et douce France, au mois de mars; et des cumulards, voire des" morts de faim" utiliseraient leur pouvoir de maire, ou d'élu municipal pour racketter des voix pour les élections départementales:

                                                COMMENT?

pour faire court un seul exemple:

- imaginez que vous ayez le projet, conforme au document d'urbanisme communal (POS ou PLU pour les communes mieux gérées), de faire une division de parcelle

- imaginez que vous fassiez la bêtise de ne pas déposer votre dossier, mais de demander oralement l'avis des décideurs locaux: première bêtise

- imaginez que ceux-ci, sans fondement légal, rejettent votre projet

- vous êtes furieux, alors ces décideurs vous disent revenez en juin,

- ce que vous comptez faire: 2° et 3° bêtises;

   2°bêtise, parce que si votre projet est conforme au document d'urbanisme il ne peut vous être opposé de refus, par exemple dans ma commune la mairie a perdu 100% des procès pour refus illégaux

   3°bêtise, parce qu'un conseiller départemental n'a aucun pouvoir en matière d'urbanisme et donc il s'agit bien d'une manoeuvre; alors 2 solutions: soit vous êtes la truffe que pense le maître chanteur et bien sagement vous votez pour lui fin mars, et surtout ne prenez qu'un seul bulletin de vote en entrant dans le bureau de vote, soit vous n'êtes pas cette truffe et vous vous adressez aux services spécialisés; c'est ce que personnellement je ferais si un tel chantage, indigne de notre Pays, et de la Démocratie, était tenté à mon encontre -

- si votre projet n'est pas conforme au document d'urbanisme et que vous persistez à tenter d'avoir un passe-droit, c'est que vous êtes semblable à votre maître-chanteur, donc vous saurez mieux peut-être comment arriver à vos fins, mais dans ce cas l'accord qui vous serait donné pourrait être attaqué par n'importe quel citoyen et être annulé par le tribunal administratif de votre circonscription.

 

 

 

Repost 0
Martine Colombani à Mimet
commenter cet article
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 09:28

comme d'une part il n'y a pas d'info municipale (et jamais sur les enquêtes en cours de la CPA) et comme d'autre part il y a le gros mot "concertation préalable" dans la communication de l'agglo (à laquelle je me suis abonnée depuis un moment, malgré le contenu presque uniquement "office de tourisme et de culture")

ci-dessous de larges extraits qui nous concernent de près ou de loin

La concertation préalable du projet de BHNS ligne B de la Communauté du Pays d’Aix se déroule du 22 janvier au 22 avril 2015. Découvrez le projet de BHNS.

 

Après l’approbation de son tracé en octobre 2014, le projet BHNS entre en phase opérationnelle avec le lancement de la phase de concertation préalable. Trois réunions publiques ont déjà été organisées à Aix-en-Provence, en janvier.
Du 22 janvier au 22 avril 2015, le registre destiné à recueillir les observations et propositions de la population, le dossier d'information, ainsi que l'exposition expliquant le projet, sont à la disposition du public dans le hall de la Communauté du Pays d’Aix, place Jeanne d'Arc, de 8h30 à 17h, du lundi au vendredi.

nouveau transport en site propre (voie réservée) sera indépendant du trafic et assurera un service rapide et régulier, avec des stations positionnées tous les 350m et une fréquence de passage de 7 minutes.

Accessible et confortable, il sera connecté avec les autres modes de déplacement.

La ligne desservira les grands quartiers d'habitat, le centre-ville, les équipements et tous les sites universitaires d'Aix-en-Provence.

Le haut niveau de service proposé par cette ligne se traduira par une haute fréquence de passage et un grand confort. Sans oublier la fiabilité : étant en « site propre », le bus s'affranchira des encombrements du trafic.

Le BHNS participe à un grand projet urbain qui remettra à neuf l'ensemble des voiries et des espaces publics traversés. L'arrivée de ce lien nouveau s'accompagnera d'une amélioration qualitative et esthétique des lieux desservis.

Le BHNS s’inscrit dans le PDU (plan de déplacements urbains) de la CPA qui pilote ce projet en coopération avec la ville d'Aix-en-Provence et l'ensemble des partenaires institutionnels.

Le BHNS sera mis en service en 2019, après une période de travaux de 2 ans environ. Le coût total de l'opération est estimé à 66,2 M€.

Lauréat du 2ème appel à projet « Transports urbains hors Ile de France », le projet recevra une subvention de l'Agence de financement des infrastructures de transport de France à hauteur de 7%.

Repost 0
Martine Colombani à Mimet
commenter cet article